Biographie

Premiers pas...

Musique et danse rythment les pas d’Aurélie Giet depuis l’enfance. Dans les traces de sa famille, elle entame toute jeune une formation musicale à la clarinette, qui lui donnera le goût pour le répertoire classique et en particulier la musique de chambre ; la passion du jeu d’ensemble, déjà.
A l’adolescence, au hasard d’une fête familiale, Aurélie découvre l’univers des bals folk : c’est le coup de foudre ! Elle vadrouille alors de festivals en stages, de stages en festivals, multiplie les rencontres et s’enrichit de nouveaux répertoires (Sud-Ouest de la France, Amérique du Sud, Italie, Poitou...) qu’elle s’efforce de ressentir et de s’approprier en profondeur.
Puis très tôt lui vient l’envie de partager et de transmettre sa passion du mouvement dansé, dans une optique pédagogique mûrement réfléchie. A partir de 2003, c’est donc à un rythme croissant qu’elle anime, avec un enthousiasme communicatif, des ateliers de danses folk.

L’univers des bals folk : le plaisir de faire danser

Au gré des rencontres apparaît un premier trio, Voie3 ; dès 2006, les notes de la clarinette d’Aurélie se mêlent alors sur scène à celles de Floor Dankers et de Sabine Jaucot.
Alors qu’en 2009, les membres du trio féminin prennent des routes différentes, deux briscards incontournables de la scène folk en Belgique l’invitent à les rejoindre ; c’est ainsi qu’elle s’en va taper de la semelle avec Michel Jacqmain et Christian D’huyvetter au sein d’un autre trio, Levan.
A partir de 2011, l’idée d’un duo avec une complice de longue date, Marinette Bonnert, se concrétise enfin. Elles prennent le nom de Calamalys et s’offrent régulièrement le luxe de la présence du guitariste Michel Jacqmain.

« Nos estans firs di nosse pitite patreye » : des racines wallonnes à l’honneur

Tant depuis la scène que sur la piste, lors de bals ou d’ateliers, Aurélie s’attelle activement à la diffusion des danses de son terroir. Elle découvre la Wallonie dansante au sein de la Compagnie Foû d’vos Sokètes (Malmedy), dirigée de main de maître par le dynamique Pierre Hurdebise.
Quelques années plus tard, elle aura pour partenaires dans sa quête de mise en valeur de ses racines les musiciennes de Voie3, puis Marinette Bonnert et ses différentes formations (Matoufèt21BOuTONS). 
En 2011, elle participe, aux côtés du groupe Havelange et sous la direction de Marc Malempré, à la création du spectacle Pour une poignée de danses, qu’ils présentent à Memphis (Tennessee, USA). En 2013, elle rejoint officiellement Havelange à la clarinette, certes, mais aussi et surtout à la danse. Ensemble, ils fouinent dans les manuscrits et collectages, dénichent et font revivre des trésors du patrimoine musical et chorégraphique wallon, un patrimoine qu’ils s’efforcent désormais de rendre... glamour !

Échappée nordique : un petit tour en Suède...

En 2010, dans le cadre de son master en anthropologie et joignant l’utile à l’agréable, Aurélie suit pendant un semestre une formation en danses suédoises à l’école de Malung, en Suède (Dalarna). Cette immersion dans les rythmes si particuliers des danses suédoises lui offre l’opportunité de poursuivre une réflexion intense sur le mouvement et le corps dans la danse, ainsi que sur les aspects socio-culturels de cette pratique.
De retour de son périple, elle trouve en Sarah Tapia Duchesne, les duos Tanghe-Coudroy et Jonsson-Coudroy et Varsågod ou encore Leonor Palazzo d’excellents complices pour répandre la bonne nouvelle suédoise lors de bals et d’ateliers de danse. De sa rencontre, en Suède, avec la danseuse Petra Eriksson naît par ailleurs un projet scénique jetant des ponts entre les traditions de l’une et de l’autre. Elle retourne depuis lors régulièrement en Suède pour continuer à se former ou tout simplement pour le plaisir de retrouver ses sources nordiques...

Jeune public : l’ouverture des horizons !

En 2011, Aurélie fait ses premiers pas de comédienne aux côtés de la chanteuse Rachel Bazoge et du guitariste Aurélien Tanghe, dans le spectacle tout public Blanche & Madeleine, une création poétique mêlant théâtre, musique et danse.
De son côté, le projet du groupe Calamalys s’élargit depuis 2013 avec la participation de l’animatrice Séverine Vliegen ; ensemble, elles proposent des bals pour enfants dynamiques et enjoués, et prennent le temps de transmettre le plaisir de danser, de jouer et de chanter aux jeunes générations.

D’autres collaborations...

Enfin, vous avez également déjà pu croiser Aurélie avec les groupes Shillelagh, Varsågod, Bon Matin...



De la musique à la danse et de la danse à la musique, les allers-retours sont nombreux. Aurélie se nourrit constamment de ces deux facettes, en mettant l’une au service de l’autre à chaque note et à chaque pas.



BONUS : vous êtes curieux/se(s) de savoir ce qu’est le "bal folk" ?

  • Ce reportage tourné à la Nuit du Folk à Gap (2/11/13) vous donnera un avant-goût de la chose.
  • Trad’Tonic ASBL tente également de vous l’expliquer sur son site internet...
  • ... de même que Frisse Folk VZW dans cette vidéo.